ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
Universite´ Lille
ACCUEIL - ASA
Menu "Histoire"

Sommaire

A-
Denise Abraham
B-
Robert Ballenghien
Antoine Bonte
Jeanne Bouchez
Michel Bridoux
C-
Raymond Cauchie
D-
René Defretin
Maurice Durchon
F-
Myrna Fernandez
G-
Christian Ghestem
H-
Hubert Huyghe
M-
Norredine Mahammed
Christian Maizières
Michel Migeon
Michel Moriamez
R-
Jean Rousseau
S-
Jean Schiltz

FIGURES ET ACTEURS
DE L'UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LILLE

Maurice DURCHON
(1921 - 1994)
Allocution de Jean Claude ANDRIES
Maurice Durchon

C'est en qualité de Directeur de l'UFR de Biologie et représentant de Monsieur le Président de l'Université des Sciences et Technologies de Lille et en tant que membre de votre laboratoire que je suis amené à vous rendre ce dernier hommage. Je le ferai non sans émotion, tant est resté vivace votre souvenir dans ce qui fut et reste votre laboratoire. Si nous, vos élèves, sommes ici aujourd'- hui, c 'est pour reconnaître tout simplement que nous vous devons notre carrière universitaire.

Vous étiez le patron, un meneur d'hommes, quelqu'un qui forçait l'estime et l'admiration par vos qualités intellectuelles, votre savoir, votre probité, votre honnêteté..., certains diront votre paternalisme, ce qui n'était en fait que bonté, souci d'aider l'autre qu'il soit enseignantchercheur, personnel technique ou administratif. Nous étions fiers de participer au labo Durchon et bien d'autres nous enviaient.

Car le labo fut votre oeuvre. Un labo connu nationalement bien sûr mais aussi internationalement. Il n 'est pas de mon propos de citer les nombreuses thèses qui s'y déroulèrent. Je rappelerai simplement les nombreux prix et distinctions qui vous honorèrent et qui rejaillirent sur le labo tout entier : la Médaille d'Argent du CNRS, le prix Savigny de l'Académie des Sciences et le prix Johannidès de la même Académie. Faut-il rappeler que vous étiez Professeur Classe Exceptionnelle à 47 ans.

Il y a tout juste 20 ans, vous étiez nommé membre correspondant de l'Académie des Sciences de Paris et membre correspondant de la Société Royale de Liège. Deux années plus tard vous étiez fait Commandeur dans l'Ordre des Palmes Académiques. Vous étiez également Chevalier de la Légion d'Honneur.

Homme de devoir, vous n'avez jamais refusé aucune charge, aucune tâche administrative. Parmi les plus prenantes figurent la charge de 1er assesseur au Doyen de la Faculté des Sciences de Lille, la Direction de l'UFR de Biologie, celle du Laboratoire Maritime de Wimereux. Vos grandes qualités faisaient que vous étiez élu puis réélu aux instances nationales de la Recherche que ce soit au Comité Consultatif des Universités ou au Comité National du CNRS. Mais votre fierté était d'être le Directeur d'un Laboratoire Associé au CNRS. Son numéro, le 148 montre bien que ce fut l'un des tous premiers laboratoires français de Biologie a être associé au CRNS.

Vous en êtes resté Directeur jusqu'en 1983, date de votre départ à la retraite. Vous aviez décidé de partir à cette époque pour une retraite amplement méritée. Ce fut ici, à Agon Coutainville, pour un retour aux sources ; Même si votre coeur restait au Labo. Retour aux sources car, comme vous vous plaisiez à nous le dire, l'orientation de votre carrière scientifique devait beaucoup à votre origine normande, au contact du milieu marin qui a imprégné toute votre jeunesse. De nombreuses excursions dans la Hague, allaient vous faire découvrir la Botanique, la Géologie, la Zoologie.

Nous, Universitaires, nous nous plaignons et à juste titre, du manque de crédits, de locaux, de la surcharge en Enseignement. La situation à laquelle vous avez dû à faire face, fut tout autre. Tout d'abord, vous préparez votre Licence alors que vous êtes Instituteur à Cherbourg et êtes nommé Assistant de Zoologie à la Faculté des Sciences de Caen en 1946 au sein d'un laboratoire pratiquement inexistant, complètement sinistré en 1944. Vous commencez votre thèse sur le déterminisme de l'épitoquie chez les Vers Marins en même temps que vous reconstituez les collections du laboratoire. En 1949, vous êtes nommé Chef de travaux au laboratoire maritime de Luc sur Mer. Là aussi, c'est votre exceptionnelle motivation qui est mise à contribution pour redonner vie à un bâtiment lui aussi complètement sinistré. Cette nomination vous donne l'occasion d'effectuer de nombreuses sorties en mer, de nuit afin d'étudier le problème de la périodicité de la reproduction des Vers Marins.

Vous soutenez votre thèse de Doctorat d'Etat à Paris en 1952. Thèse particulièrement brillante dans laquelle vous démontrez l'existence chez les Vers Marins d'une hormone cérébrale inhibitrice de la reproduction et des transformations liées à celle-ci. Ce qui en 1994 semble banal était, il y a plus de 40 ans, particulièrement révolutionnaire. Un poste de Maître de Conférences normandes auxquelles vous faîtes souvent allusion, et qui vous imprègnent, vous partez à Alger et ce, pour 7 ans avant d'être nommé Professeur de Zoologie à la Faculté des Sciences de Lille. Ce fut le véritable tournant de votre carrière universitaire. En quelques années, vous créez une équipe de jeunes Assistants que vous motivez, vous créez un labo doté des moyens les plus performants (microscopie électronique, culture d'organes, etc.).

Homme du Cotentin, vous ne répondez cependant pas aux sirènes normandes qui vous proposent un poste de Professeur à Caen car le laboratoire lillois est votre oeuvre. Il est devenu votre raison de vivre. Homme de coeur et de devoir, vous ne vous autorisez pas à quitter le navire tant qu 'il y a quelqu'un à bord...

Puissions nous être à même, cher Monsieur DURCHON, de poursuivre votre oeuvre, puissions nous être à même de suivre votre exemple, nous qui avons bénéficié de vos conseils et de votre amitié.