Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Jean BELLET

vendredi 7 décembre 2018

 

BELLET Jean

Résumé de l’entretien avec Jean BELLET

L’entretien a été réalisé en février 2016 par Yvonne MOUNIER et Jacques CRAMPON.

Jean Bellet est le fils d’un couple d’instituteurs. En 1953, il intègre l’Ecole Normale d’Instituteurs de Douai. Il obtient le bac de Maths et après son stage à l’Ecole Normale d’Instituteurs en quatrième année, il est nommé instituteur à Douai. Il demande alors une année de congés pour partir à la Faculté des Sciences de Lille en 1957.

En 1957-1958, il fait une propédeutique MPC à Lille et passe le concours des IPES. Ensuite, il poursuit ses études supérieures en Physique, en préparant une licence, puis un DES et le CAPES. Ayant obtenu un poste d’assistant à la rentrée 1961, c’est au cours de la licence qu’il va opter pour la recherche et l’enseignement supérieur plutôt que pour l’enseignement secondaire.

Il est donc recruté Assistant à l’Institut de Physique en octobre 1961 et, après quelques hésitations, il entre « chez » Raymond Wertheimer qui est en train de monter un laboratoire (L.S.H.). Il sera nommé Maître-Assistant en janvier 1965, puis Maître-de-Conférences (Rang A) en Physique en octobre 1966.

Raymond Wertheimer lui propose de soutenir directement une thèse d’État en spectroscopie moléculaire. À l’époque, cela n’est pas l’usage à Lille. Il n’y a pas de gens qui passent des thèses d’État à Lille. Donc, le 27 février 1965, il soutient sa thèse de Doctorat d’État ès Sciences Physiques sur le « Spectre de rotation de l’anhydride sulfureux entre 2 cm et 2 mm de longueur d’onde » .

Jean Bellet a donc bien connu le fonctionnement de la Faculté des Sciences et de ses départements avant 1968. Il décrit bien ce qui, selon lui, se passe en Physique à Lille. Ayant peu de moyens disponibles à Lille, c’est surtout par des collaborations internationales, plus particulièrement avec l’U.C. de Louvain, que Jean Bellet a développé son activité de recherche.

C’est après l’arrivée sur le campus en 1967 et les conséquences de mai 1968 qu’il prend des responsabilités d’intérêt collectif. Il est élu Directeur adjoint de l’UFR de Physique (1971-1973), puis Directeur de la même l’UFR (1973-1975). Ensuite, sous la Présidence de Jacques Lombard, il est élu au Conseil d’université (1975-1977). Il devient Vice-Président Recherche (1977-1981) de l’USTL, sous la Présidence cette fois de Michel Migeon.

En 1977-1980, il est nommé Président d’ADRINORD, l’ADER pour la région Nord-Pas-de-Calais.

Après avoir été rapporteur pour les sciences exactes de la Commission Préfectorale du Plan, il a été aussi membre du Comité d’Orientation de la Délégation Régionale de l’ANVAR. Au début des années 1980, il devient membre du Comité Régional de la Recherche mis en place par l’Etablissement Public Régional du Nord/Pas-de-Calais qui préfigure le Conseil Régional de plein exercice issu des lois de décentralisation de mars 1982.

En 1982-1993, il devient Conseiller Scientifique du Président du Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais Noël Josèphe. Dans les années 1990, lors du troisième Contrat de Plan État Région (CPER), il travaille à la concrétisation de deux grosses opérations structurantes pour la recherche en région qui verront le jour en 1992 pour l’IEMN et en 1996 pour l’IBL.

Jacques Crampon

Retour à l’ensemble des résumés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 53 / 375607

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.5 + AHUNTSIC

Creative Commons License