Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Gérard VERRIER

samedi 21 décembre 2019

 

VERRIER Gérard

Résumé de l’entretien avec Gérard Verrier

L’entretien a été réalisé le 5 décembre 2019 par Alain Barré et Bernard Pourprix.

Né en 1947, Gérard Verrier (GV) a été élève-professeur en allemand à l’IPES de la faculté des lettres de Lille. En mars 1974, alors qu’il est nommé depuis moins d’un an au lycée commercial Gaston Berger, il reçoit une lettre lui demandant s’il est intéressé par un poste de germaniste au CUEEP de Lille. Il accepte et c’est au CUEEP que se déroulera toute sa carrière d’enseignant certifié jusqu’à son départ en retraite en 2007.

Gérard Verrier exerce principalement en formation initiale. En 1974, la douzaine d’anglicistes et les deux germanistes doivent assurer les cinquante heures de langues prévues dans les deux premières années des différentes composantes de l’université. Par ailleurs, peu de temps après son recrutement, GV répond positivement à la demande d’introduction des langues dans le département ITEC de l’EUDIL, ainsi qu’à l’Ecole de Chimie et dans la MST Envar. Dans le cadre de celle-ci, il organise de nombreux séjours en Allemagne, à une époque où les formalités administratives sont réduites à leur plus simple expression.

Au début des années 1980, Gérard Verrier et un enseignant du département Informatique de l’IUT se lancent dans la création d’un outil informatique pour l’enseignement de l’allemand, le SAM (système d’apprentissage par microordinateur). Pour pouvoir le commercialiser, ils créent une SARL, qui comptera jusqu’à six employés. GV nous conte l’aventure de la SARL, qui les mènera jusqu’au tribunal et à la Cour d’appel de Douai.

De 1994 à 1997, Gérard Verrier est expert auprès du Ministère de l’éducation pour la mise en place du diplôme national de compétence en langues (DNCL, devenu DCL), dans le cadre de la valorisation des acquis de l’expérience. Il est aussi responsable de l’expérimentation du DCL pour l’allemand.

Après avoir donné un aperçu de ses activités de retraité, multiples et variées, Gérard Verrier termine l’entretien en déplorant la dégradation de l’enseignement de l’allemand, dont il se sent en partie responsable, et en déplorant, par ailleurs, la dégradation actuelle des relations entre la France et l’Allemagne.

Bernard Pourprix

Retour à l’ensemble des résumés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 8 / 380139

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License