Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

JOUR 21 (6 avril)

lundi 6 avril 2020

JOUR 21 (lundi 6 avril)

Au programme d’aujourd’hui :

  • Port du masque : Recommandations importantes signalées par Raymond Glantenet (Professeur de médecine) et Jacques Crampon
  • Souvenir de famille de la grippe espagnole par Marie Thérèse Pourprix
  • Billet d’humour de Jean d’Ormesson proposé par Chantal
  • Mots croisés No 18 d’Yves

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Port du masque : Recommandations importantes signalées par Raymond Glantenet (Professeur de médecine) et Jacques Crampon

Je vous transfère ce mail que j’ ai reçu d’ un de mes anciens élèves , qui avec d’ autres jeunes médecins impliqués proposent des actions dans le cadre du Covid19.

Il me semble que des éléments méritent d’ être diffusés largement, qui seront très important aussi quand on sortira du confinement

Merci de votre aide

Bien amicalement

Pr Raymond Glantenet
ancien directeur du département de médecine Générale
faculté de médecine Henri Warembourg

> Message du 03/04/20 19:42
> De : "Jonathan Favre" <favre.jonathan@gmail.com>
> A : glantenet.raymond@orange.fr
> Copie à :
> Objet : Stop-postillons.fr - Le site de référence pour les masques faits maison ! A diffuser !
>
>
Bonjour à tous,

Avec d’autres collègues médecins, nous avons créé le site http://stop-postillons.fr/ qui est le site bénévole de référence pour tout savoir sur les masques faits "à la maison" pour lutter contre le coronavirus. L’actualité est brulante, en effet l’Académie Nationale de Médecine vient de recommander le port des écrans anti projections au sein de la population générale (http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-pandemie-de-covid-19-mesures-barrieres-renforcees-pendant-le-confinement-et-en-phase-de-sortie-de-confinement/).

Le site est mis à jour quotidiennement pour regrouper tous les tutoriels pour apprendre à fabriquer son propre masque, du plus simple en papier, au plus complexe validé scientifiquement.

Vous y trouverez des guides didactiques pour apprendre à les porter et à les recycler ! Les références scientifiques sont également présentes.

Le port de ces masques est indispensable comme 6ème mesure barrière pour enrayer l’épidémie de COVID19 et permettre un futur dé-confinement serein.

Nous avons créé une affiche avec QR code (http://stop-postillons.fr/presse/a4-resolutionmoyenne.pdf) ainsi que des flyers à distribuer (http://stop-postillons.fr/presse/plancheflyers8.pdf). Vous pouvez aussi copier le QR code pour le mettre sur vos propres documents.

Nous sommes actuellement soutenus par la faculté de médecine de Lille et l’ordre des infirmiers du Nord.

Vous trouverez notre communiqué de presse à diffuser ici : http://stop-postillons.fr/presse/Dossier.pdf

Participez à la lutte contre le coronavirus en diffusant le site à tous vos contacts et en l’affichant dans vos lieux d’exercice professionnel !

Amicalement,

Dr Jonathan Favre (Chef de clinique de médecine générale, Université de Lille),
Dr Michael Rochoy (Ancien chef de clinique de médecine générale),
Dr Thibault Puszkarek (Ancien chef de clinique de médecine générale),
Dr Antoine Hutt (Ancien chef de clinique, radiologue thoracique au CHU de Lille)

pour le collectif "stop-postillons" Twitter @SPostillons / Facebook "Stop Postillons" Mail : ecransantipostillons@gmail.com

########

Cliquez sur le texte pour l’agrandir

########

Cliquez sur le texte pour l’agrandir

########

Cliquez sur les textes ci dessous pour accéder aux infos

Voir aussi les propositions locales ici

Indispensable à la levée de confinement.Validé par la faculté de médecine Henri Warembourg (Lille)

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Souvenir de famille de la grippe espagnole par Marie Thérèse Pourprix

Il y a longtemps, ma mère Marie-Louise Dupas-Ego, née en 1909 à Douchy-les-Mines, m’a raconté son exode d’octobre 1918, alors qu’elle avait la grippe espagnole, et comment sa grand-mère lui avait sauvé la vie. On sait que cette grippe a fait plusieurs dizaines de millions de morts en Europe et plusieurs centaines de milliers en France. Pendant la guerre, le Nord et le Pas-de-Calais étaient rattachés au commandement militaire allemand de la Belgique. En octobre 1918, la population du Valenciennois recevait, de la part de l’occupant allemand, l’ordre d’évacuer vers la Belgique. Christine Yackx, dans l’ouvrage « Valenciennes, 10 octobre-11 novembre 1918, la fin d’une longue occupation », décrit cette évacuation avec « la pagaille sur les routes sous une pluie battante et froide, des restrictions alimentaires, la grippe espagnole qui faisait des ravages (…) ».

Marie-Louise et sa sœur Célina ont évacué avec leur grand-mère. Leur mère, Louise Blas-Dupas, était décédée en avril 1914 d’un infarctus pendant l’accouchement d’un enfant mort-né. Quatre mois plus tard, en août 1914, leur père, Lucien Dupas, partait à la guerre pour quatre ans. La grand-mère, Catherine Stiévenard-Blas, née en 1852, s’occupa des deux filles. Elle ne savait pas lire, et Célina, âgée de 12 ans, interrompit l’école pour l’aider à liquider le stock de graines que la famille vendait. Peut-on imaginer, de nos jours, vivre d’un petit commerce de graines ? Une petite balance Roberval, dont un plateau présente un bec pour l’écoulement des graines, constitue le trésor dont j’ai hérité.

Lors de l’exode, Marie-Louise n’avait qu’une envie : dormir. Manifestement, elle avait tous les symptômes de la grippe. Heureusement, elle fut sauvée par sa grand-mère, de la façon suivante. Les patrouilles qui inspectaient les évacués envoyaient les grippés à l’hôpital. Or ces hôpitaux surpeuplés étaient devenus de véritables mouroirs. Une gamine qui y entrait n’en sortait sûrement pas vivante. À chaque inspection, les évacués s’arrêtaient et la petite s’endormait. Sa grand-mère s’empressait de la réveiller et l’obligeait à marcher autour d’elle. C’est ainsi que ma mère a pu échapper à la mort. Plus tard, mon grand-père Lucien Dupas s’est remarié à une veuve de guerre. C’était une « forte tête ». Il était ajusteur chez Cail à Denain et, du fait de ses opinions, syndicales ou politiques, il a dû aller travailler en 1925 à Hautmont (où sans doute ses idées parurent moins subversives). Il a été enterré civilement à Douchy : d’après la mémoire familiale, ce fut le premier enterrement du village sans curé !

Marie-Thérèse Ego-Pourprix
Le 4 avril 2020

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Billet d’humour de Jean d’Ormesson proposé par Chantal

Le français une langue animale...

« Myope comme une taupe »,
« rusé comme un renard »
« serrés comme des sardines »...
Les termes empruntés au monde animal ne se retrouvent pas seulement dans les fables de La Fontaine, ils sont partout.

La preuve : que vous soyez fier comme un coq,
fort comme un boeuf, têtu comme un âne,
malin comme un singe ou simplement un chaud lapin,
vous êtes tous, un jour ou l’autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là, pas un chat !
Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin.
Il y a anguille sous roche et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l’a certifié : cette poule a du chien, une vraie panthère !
C’est sûr, vous serez un crapaud mort d’amour.
Mais tout de même, elle vous traite comme un chien.
Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive.
Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.
Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion est en fait aussi plate qu’une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.
Une vraie peau de vache, quoi !
Et vous, vous êtes fait comme un rat.
Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe.
Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l’âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l’envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c’est selon).
Vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre.
C’est pas que vous êtes une poule mouillée, vous ne voulez pas être le dindon de la farce.
Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d’ours mal léché, faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie.
Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence.
Après tout, revenons à nos moutons : vous avez maintenant une faim de loup, l’envie de dormir comme un loir et surtout vous avez d’autres chats à fouetter.

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Mots croisés No 18 d’Yves
    PDF - 133.6 ko