Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

JOUR 26 (samedi 11 avril )

samedi 11 avril 2020

JOUR 26 (samedi 11 avril)

Au programme d’aujourd’hui :

  • Des idées de menu pour Pâques
  • Relations internationales & surprises de la diplomatie gastronomique proposés par Jacques Brocard
  • Mots croisés No 23 d’Yves

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Des idées de menu pour Pâques

D’après "Grand Angle"  :
Grand Angle peut s’occuper de vous préparer des vacances sportives (randos, trekking, vélo, etc...) partout dans le monde après le confinement !!!.

Le site est intéressant : https://www.grandangle.fr/

On peut rêver quand même !!.....

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Relations internationales & surprises de la diplomatie gastronomique proposés par Jacques Brocard

Lorsque je m’occupais de relations avec des universités africaines pour le compte du MAE, j’avais reçu à l’USTL le Dr. Conté, un collègue guinéen pour un stage de « surformation ». Les guinéens considéraient désobligeant le terme de formation continue.

Un week end, j’avais invité ce collègue esseulé chez moi, dans ma campagne proche de la baie de Somme. Il avait été touché par le coté personnel de cette invitation et me promit de me rendre la pareille a mon retour en Guinée.

Quelques mois après, j’étais à Conakry.
Le Dr. Conté tout content :
« Bonne arrivée Professeur, je vous invite chez moi dimanche prochain pour déjeuner à la maison, vous connaitrez ma famille »
« Oui bien sur, ce sera avec plaisir »
« Mais que voulez vous manger ? »
J’avais eu une expérience intéressante au Gabon avec une délicieuse préparation de crocodile d’un goût mêlé de homard et de veau. Donc, gourmand et curieux de coutumes locales :
« Vous êtes originaire de la région forestière n’est ce pas ? Pour les grandes occasions vous devez avoir un plat de fête, et bien préparez le pour moi »

Le dimanche me voilà donc chez le Dr. Conté. Surprise. Le « chez moi », ainsi que la famille, en Afrique ne sont pas à notre échelle. Sa famille se composait de son épouse, 3 enfants ainsi que des parents des deux époux et de plusieurs frères et soeurs avec progéniture. Au pourtour de la concession familiale étaient réparties 5 ou 6 grandes « cases », je ne sais plus trop, occupées par la famille. Au milieu de la cour centrale trônait un immense manguier. Tache d’ombre et de fraicheur, bienvenue sous le soleil tropical.

Pendant les présentations et les salutations d’usage, une table couverte d’une nappe immaculée avait été installée sous le manguier. Le couvert était dressé pour une trentaine de personne, une vraie tablée de première communion, voire de mariage…L’ambiance était très chaleureuse.

Notre hôtesse nous invite à nous installer. Je me retrouve placé au milieu de la table, à la place d’honneur. Le temps de boire quelques bières dans un joyeux tumulte et on passe aux choses sérieuses.

A grand peine la maitresse de maison, aidée d’une autre personne, posent devant moi une énorme marmite. On me tend une tout aussi énorme cuillère en bois, à l’échelle de la marmite.

« A vous l’honneur Professeur, servez vous ». Je me lève car la marmite était haute, et assis, je ne pouvais voir son contenu. Mais même debout je n’était guère plus avancé, aucune indication : le liquide était trop opaque…Tous les yeux sont braqués sur moi. Je me décide et plonge la cuillère au fond de la marmite. Je sens une résistance et en aveugle attrape un morceau de ???

En remontant la cuillère, je vois émerger du liquide une petite main au bout d’un petit bras, comme une main d’enfant… Surprise, horreur, répulsion, mais que faire sous tous ces regards bienveillants qui convergent sur moi. Aïe, pas question de vexer cette famille si fière et si heureuse de m’accueillir. Pas question de les décevoir.
Avec mon plus beau sourire, j’ai mis dans mon assiette le morceau pêché. C’était bien une main et ses petits ongles avec le bras, radius/cubitus…Du singe bien sur.

Il fallait manger maintenant. Aïe aÏe aïe. Est ce que j’allais pouvoir ? J’ai gouté du bout des lèvres et surprise, ce n’était pas mauvais, et même plutôt bon. C’était un goût de gibier, proche du lièvre. De la viande de brousse comme on dit là bas. Rien qui puisse effrayer un campagnard ! Du coup, j’en ai même repris…
Mais depuis je suis devenu plus prudent.

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Mots croisés No 23 d’Yves
    PDF - 108.9 ko