Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

JOUR 31 (jeudi 16 avril)

jeudi 16 avril 2020

JOUR 31 (jeudi 16 avril)

Au programme d’aujourd’hui :

  • Les épidémies de peste à Lille - 2ème épisode : le Moyen-Age par André Dhainaut
  • Mots croisés No 28 d’Yves

 

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Les épidémies de peste à Lille - 2ème épisode : le Moyen-Age  [1] par André Dhainaut

On a quitté le siècle des Lumières pour nous enfoncer dans un passé plus lointain : Le Moyen-Age. Celui-ci a été traversé par plusieurs épisodes de peste, certains très virulents. Durant cette époque, très religieuse, le seul secours, puisque la maladie était une punition divine, était de se tourner vers des intervenants divins : la Vierge ou divers saints pour obtenir du ciel une rémission.

Dévotions et processions.

Dévotions . A Lille, le sanctuaire le plus ancien consacré à la vierge est sans doute celui de Notre-Dame d’Esquermes devenu Notre-Dame de Réconciliation [2] mais le culte le plus important est celui de N.D. de la Treille. Il précède de plus de 600 ans la construction de la cathédrale actuelle éponyme. En 1254, une série de miracles commence à se produire devant une petite statue protégée par une grille de fer. La statue est ensuite transférée dans une chapelle de la collégiale Saint Pierre [3]. Elle est l’objet d’une grande dévotion.

La grande procession . C’est alors que la Comtesse Marguerite de Flandre décide de créer une procession solennelle autour de la cité. Celle-ci se déroule pour la première fois le 15 juin 1270. La cérémonie se déroule avec faste autour des [4]remparts de la ville. Cette procession requiert la présence obligatoire de tous les curés de la ville avec leurs chapelains, des ordres religieux, du chapitre de St Pierre, des membres du Magistrat. Pour la comtesse Marguerite, la procession devait être une manifestation de piété et d’action de grâces pour les miracles obtenus, elle avait aussi pour but de récolter des fonds pour la construction de la collégiale St-Pierre.
A partir du 15ème siècle, figurent dans le défilé tous les corps de métier groupés autour de leurs outils de fonction. C’est le déroulement de cette procession sur la grand place de Lille que représente François Watteau dans le tableau conservé à l’Hospice Comtesse. Les fêtes de Lille au mois de juin, aujourd’hui pratiquement disparues, étaient considérées comme une survivance de cette procession.

Les tours de ville votifs A Valencienne, d’après la légende, la peste sévissait. Après l’intervention de prières d’un moine nommé Bertholin la Vierge apparut entourée de nombreux anges. Elle leur donna un cordon écarlate avec mission d’en entourer la ville. A l’intérieur du périmètre, la pesta s’arrêta. En mémoire, le « tour du Saint Cordon » est célébré chaque année le 2ème dimanche de septembre.
A Tournai et à Lille, dans les moments de grands dangers, on allumait devant la statue de la Vierge un cierge enroulé sur un treuil, cierge dont la mèche était aussi longue que le tour des remparts. En 1382, un registre financier lillois parle de la quête faite en ville pour payer les frais de ce cierge. Ces cierges très particuliers, formaient les » tours de cire votifs ». On retrouve le même exemple à Paris en 1357 lors de la capture du roi Jean le Bon. La symbolique est la même : confier à la vierge les petites frontières d’une cité.

La peste noire et les flagellants

La peste noire ou peste bubonique envahit l’Europe en 1346. Elle est apportée par les mongols qui l’avaient ramenée d’Asie centrale par la route de la soie. La peste arrive à Tournai en 1349 [5]. Les ravages sont terribles et le chroniqueur local avance le chiffre de 25 000 victimes [6].

A Lille, il existe peu d’archives sur ce sujet. Toutefois, on relève la permission demandée à l’évêque d’ensevelir temporairement les corps dans les cimetières en dehors de la ville ; ce qui révèle un nombre considérable de décès. On note également l’érection d’une chapelle dédiée à Saint Sébastien dans le cimetière de l’Hospice Comtesse ; Saint Sébastien était un des protecteurs contre la peste.

Les flagellants  [7] .

La peste sévissait à Tournai depuis le début d’août 1349 quand le 15 de ce mois

JPEG - 39.4 ko
Les flagellants de Bruges arrivant à Tournai

apparut une troupe de flagellants venus de Bruges bientôt rejoints par d’autres bandes. Dans la perspective médiévale, la peste noire fut interprétée comme un châtiment divin contre les péchés commis par les humains. Les processions de flagellants étaient mises en avant comme un effort pour détourner ce châtiment.

Ces pénitents portaient un habit spécial, marqué de 2 croix. Ils suivaient une règle de vie très stricte et se donnaient publiquement la flagellation deux fois par jour à l’aide d’une corde à noeuds munis de pointes de fer. [8]Cet exercice, coupé de prosternations, jetait les témoins dans la stupéfaction puis dans l’admiration et les incitait à en faire autant. C’est ainsi que le 7 septembre, une troupe de 565 tournaisiens gagnés par cette folie de pénitence se mit en route vers Lille accompagnée de prêtres et de quelques capitaines. Puis, après un voyage de 33 jours [9] qui les conduisit jusque Soissons, ils regagnèrent Tournai le 10 octobre. On retrouve dans les comptes de la ville de Lille la trace de ces exercices pénitentiels ; il est question d’une importante gratification de 20 écus d’or pour les compagnons qui allaient en pénitence.

Le mouvement des flagellants était antérieur à la peste noire. Il semble avoir pris naissance en Italie, à Pérouse, puis s’être répandu dans l’ensemble de l’Europe. Que les cinéphiles se rappellent les images du film «  Le 7ème sceau  » d’Ingmar Bergman. Les processions de flagellants avaient une organisation nettement définie. Les groupes étaient placés sous les ordres d‘un chef qui devait obligatoirement être un laïc. Désigné sous le nom de père ou maître, celui-ci imposait des pénitences et accordait l’absolution. Dans la seconde moitié du 14ème siècle, les flagellants s’opposèrent à l’Eglise et manifestèrent des doctrines considérées comme hérétiques. Ils furent progressivement éliminés.

Au fait, que donnerait la flagellation comme remède au corona virus ?


 [1]Les documents utilisés dans ce texte sont en grande partie issu du chapitre « La vie religieuse à Lille  » par le chanoine H. Platelle in Histoire de Lille Tome 1. Des origines à l’avènement de Charles Quint. Publication sous la direction de L. Trénard. Librairie Girard, rue Royale. Lille

 [2] Rue de Canteleu, quartier d’Esquermes

 [3] Il est maintenant admis parmi les historiens que c’est cette clôture qui est à l’origine du nom de « treille ». Une dérive sémantique a conduit ensuite à la notion de vigne et ses grappes, symbole du sang du Christ. C’est le symbole qui a été retenu par le sculpteur Jeanclos sur le grand portail de la cathédrale.

 [4] L’idée de cette procession a certainement été inspirée par celle qui se déroulait à Tournai depuis 1090 en remerciements de la fin d’un épisode de peste. La procession a toujours lieu et se déroule le 2ème week-end de septembre.

 [5] P. Rolland, Histoire de Tournai. Tournai –Paris 1956

 [6] Les historiens estiment que le fléau amena la disparition en Europe et selon les régions de 40 à 60% de la population. Projeté à l’heure actuelle pour la France, cela représenterait 25 millions de décès.

 [7] Les flagellants. En ligne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Flagellant (9 pages)

 [8] Chanoine H. Platelle. Vie religieuse à Lille, p. 369

 [9] Les processions des flagellants duraient 33 jours et demi, ce qui correspondait aux années passés par le Christ sur cette terre.

&&&&&&&&&&&&&&&&

 

  • Mots croisés No 28 d’Yves
    PDF - 146.5 ko

Amis consommateurs de mots croisés, bonjour !

J’essaie de corser, mais rien n’y fait : c’est avec une facilité déconcertante que les obstacles que je dispose sont contournés. L’abscons n’y fait rien, non plus que l’hapax, la locution comme le patronyme. Et souvent, ce sont mes ressorts qui manquent d’élasticité et qu’il faudrait remplacer. Ah, tenir ! Comme la petite chèvre de M. SEGUIN (bonjour Philippe) au moins aussi longtemps que la vieille Renaude. Coriace, celle-là ! (Toute ressemblance serait évidemment purement fortuite et surtout malvenue). Ce ne sont pas des indices pour la grille qui suit.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 47 / 397847

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 22 - BLOG - ASAP   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License